Un outil clé-en-main pour créer votre site gratuitement
Sans connaissance
technique
Et l’enrichir avec
des options à la carte

SITUATION

La commune de Quernes est située dans la Région des Hauts de France, dans le département du Pas de Calais. 


Comment s'y rendre ?


- par voiture :
A 200 km environ de Paris : autoroute A1, puis A26 direction calais - Dunkerque, sortie Lillers - Isbergues.
A 130 km de Bruxelles : Autoroute E19, puis E40, puis E17, entrée en France autoroute A22, sortie Lomme, puis autoroute A25 direction Calais - Dunkerque. Sortie Hazebrouck, direction Aire-sur-la-Lys.
A 200 km de Londres : Route A20, puis autoroute E15, direction le Tunnel, entrée en France, puis autoroute A16 direction Dunkerque, puis A25 direction Lille, puis sortie Hazebrouck et direction Aire-sur-la-Lys.


- par avion :
aéroport de Lille Lesquin, information : 03 20 49 68 00 ou http://www.lille.aeroport.fr/

Plan du village

.

Quernes est un village très calme. Comme tous les villages Quernes a une église, une école, un cimetière. Mais en plus, vous pouvez visiter un moulin dans la grand-Rue, avec sa roue à eau, son écluse et les propriétaire vous feront peut-être voir la belle vue de la fenêtre du moulin. Il y a aussi l'église de St Omer qui se trouve près de l'école sur la place des fusillés, ou la mairie qui est construite à côté de la Laquette dans la Grand Rue et vous pouvez voir derrière la Mairie un square avec des jeux. (G.D. élève de CM1 - 2004)

L'ÉGLISE SAINT OMER

Quernes est un petit village de 470 habitants situé entre Aire-sur-la-Lys et Thérouanne, arrosé par la Laquette. Son église se trouve au milieu du village, à droite de l'école.

La place qui l'entoure actuellement fut le cimetière communal jusqu'en 1983, date à laquelle il a été déplacé sur un terrain plus grand. Les murs les plus anciens sont élevés en craie taillée sur un soubassement en silex (comme au château de Créminil, non loin de là). Elle a été ensuite agrandie avec de la brique. La toiture est faite de tuiles rouges, le clocher est en ardoise.

Elle fut construite au XVIIème siècle et porte le nom de St Omer. Une fontaine du même nom se trouvait au contrebas de l'église et du cimetière. selon la légende, le coeur est le reste d'une chapelle dédiée à Sainte Angadrème pour qui on raconte qu'elle se fit inoculer la lèpre pour ne pas épouser saint Ansbert, futur archevêque de Rouen, puis devint abbesse d'Oroër, près de Beauvais et mourut en 695. Elle est fêtée chaque année au mois d'octobre.

 

Pendant la dernière guerre mondiale, on l'a beaucoup invoquée contre les bombardements américains qui tentaient de détruire une rampe de lancement de V1 érigée à Linghem et elle n'a heureusement pas été touchée. Malgré cela, le clocher en mauvais état a été reconstruit après la guerre grâce à une souscription dans le village.

On raconte que se sont ces donateurs qui ont exigé qu'il soit entièrement recouvert d'ardoise.

L'église de Quernes renferme plusieurs trésors dont une statue en bois polychrome datant du XIIIème siècle, un tableau représentant le Christ donnant les cléfs à Saint Pierre, une cloche en bronze de 1631 et des fonds baptismaux en grès. Au mur, on peut observer deux plaques rappelant le passage d'anciens prêtres dans la commune.

SAINTE ANGADRÈME

Lorsque l'on se promène dans l'église de Quernes, on est surpris d'y rencontrer la statue d'une Sainte peu connue, Sainte Angadrème née en 635.

Comme nous l'apprena l'Abbé Destombes dans " la vie des Saints" elle fut très tôt inspirée, ainsi que son parent Lantberg qui devient archevêque de Lyon et Saint, par les sages conseils de Saint Omer qui lui donna un grand amour de Dieu. Tous deux appartenaient alors à des familles très puissantes de la région airoise et furent bientôt instruits dans la connaissance des Saintes Ecritures (c'est notre saint Lambert appelé ainsi dans sa statue à l'église de Quernes où se situe également notre sainte).

Angadrème se fiança plus tard avec Ansbert, qui fut sanctifié par la suite, mais le père de ce dernier était opposé à cette union. Ne pouvant alors épouser celui qu'elle aimait, elle pria Dieu de lui envoyer la lèpre, ce qui lui fut miraculeusement accordé. Elle obtint alors la permission de se retirer dans un monastère. Au moment donc où St Ansbert fut conduit par son père à la cour rencontrer sa promise, Sainte Angadrême recevait le voile des mains de Saint Ouen et entrait à l'abbaye d'Oroir près de Beauvais et y termina sa vie dans la plus grande piété. Elle opéra même plusieurs fois des prodiges qui témoignaient hautement du pouvoir dont elle jouissait auprès de Dieu.

C'est ainsi qu'un jour un incendie éclatant près de son monastère, on transporta sur son conseilles reliques d'un Saint et le feu cessa aussitôt. Depuis lors les habitants de Beauvais ont pris Ste Angadrème pour patronne et conservaient autrefois ses reliques dans l'église collégiale de St. Michel.

D'après le registre de paroisse, née au manoir seigneurial de Quernes en 636, décédée en 697 comme abbesse du monastère d'Orouër. En 1925 on bénissait du pain à l'office chaque dimanche après qu'il eut touché la relique de Ste Angadrème. Au pain de Ste Angadrème correspond celui de St Martin à Witternesse. Ste Angadréme est honoré le 13 octobre. La statue de St Lantberg (St Lambert) et celle de Ste Angadrème ont été bénites le 14 mai 1897. Une relique a alors été donnée par le diocèse de Beauvais.

Le chœur de l'église actuelle serait d'après la tradition la chapelle de Ste Angadrème. Honorée par des prières en 14/18 et en 39/45 il n'y a plus de procession actuellement mais une statue dans l'église demeure. On écrit indiféremment Angadrème ou Anguadrème.

LE MOULIN

La situation

Le moulin de Quernes se situe dans la rue de la Chapelle, sur la berge droite de la Laquette, affluent de la Lys. C'est le plus haut bâtiment du village après l'église.

L'historique

La partie basse du moulin à été construite en 1507 et la partie haute en 1889. Le moulin a été restauré vers 1990-1995. Il appartenait à la famille Stoppe au XVIIIe siècle. C'était un moulin à blé et à huile avec une roue à eau perpendiculaire et une meule de la Ferté-Milon (Aisne). Il produisait alors 18 quintaux par jour en 1809. En 1896, son propriétaire est Mr Leroy. Depuis 1937 il appartient à la famille Carpentier. En 1920, le moulin fournissait l'électricité à la commune; Quernes était alors l'un des premiers villages du Pas-de-Calais à être électrifié. Le moulin est ensuite devenu une minoterie industrielle à partir de 1974. Il s'est arrêté de fonctionner en 1992 car Mr Jean Carpentier avait pris sa retraite. Il y avait toute la famille du meunier qui y travaillait. La farine était transportée par des chariots tirés par des chevaux. La meule n'a jamais cassé car elle est très solide. On peut en voir une exposée devant la Mairie de Quernes.

Le mécanisme du moulin

Toutes les machines du moulin fonctionnent avec la force de l'eau grâce à une turbine. Dans le passé il y a eu deux sortes de turbine: la première était en bois et faisait tourner des meules en pierre et plus tard, une en acier qui faisait fonctionner des broyeurs, des tamiseurs et toutes les machines, même une scierie. La turbine a été recouverte d'un abri en béton pour être immergée. Les fermiers amenaient leur blé ou orge jusqu'au moulin. Les grains étaient montés et descendus des étages du bâtiment par des petits godets. Ensuite ils passaient dans deux premières machines : "la dépoussièreuse" pour débarrasser les grains des saletés et "la mouilleuse" qui les humidifiait pour qu'ils soient plus facile à écraser. Ensuite les grains passaient dans un convertisseur et un broyeur pour être écrasés, puis un tamiseur pour filtrer la farine. Ensuite, la farine produite était mise en sacs. Par contre, le son (l'enveloppe du blé) était récolté à part et servait de nourriture aux animaux. Le moulin pouvait moudre 1780 quintaux (178 tonnes) de blé à l'année, et 100 kg de blé par heure. Avec 80 kg de blé on faisait 50 à 55 kg de farine. On appelle une balle de farine un sac de 80k de farine.

L'eau et le moulin

Le moulin de Quernes est placé à côté d'une rivière. L'eau fait tourner une turbine. C'est une roue en acier qui doit être immergée dans l'eau pour faire fonctionner les machines et moudre le blé. Il faut 560 litres d'eau par seconde pour mettre la turbine en mouvement. Une écluse se trouve en amont. En la fermant, le meunier détourne le courant de l'eau vers la turbine par un petit canal parallèle à la rivière. En ouvrant les portes des écluses, l'eau suit son cours normal et ne passe plus dans la turbine : le moulin est arrêté. Lorsque le niveau de la rivière était trop bas ou trop haut, le meunier arrêtait la turbine en ouvrant les écluses. Une grille empêchait le passage des détritus chargés par la rivière.